Charles Suffrard démissionne du Comité présidentiel sur le dialogue

0 78

Charles Suffrard démissionne du Comité présidentiel sur le dialogue

Publié le 2019-02-24 | Haitianhit Haiti

National -Charles Suffrard a décidé de démissionner du Comité présidentiel de facilitation du dialogue national, a confié le leader paysan au Nouvelliste, dimanche soir.

Cette démission, de la personnalité la plus connue parmi celles choisies par le président Jovenel Moïse pour faire partie de cette structure, intervient moins de 24 heures avant l’intronisation officielle du comité prévue pour 2h de l’après-midi, au palais national ce lundi 25 février.

« Oui, j’ai envoyé ma lettre de démission au président à la suite du communiqué du secrétaire général du Palais national qui a fait une fuite en avant. Ce n’est pas notre rôle de former un gouvernement. Je suis à la disposition du pays… », a confirmé Charles Suffrard.

La cause de la démission de Charles Suffrard du Comité présidentiel de facilitation du dialogue national serait à trouver dans le communiqué publié vendredi par le Palais national.

Dans ce communiqué, la présidence a fait savoir que le Comité doit en plus du dialogue travailler sur la formation d’un nouveau gouvernement.

Pour Charles Suffrard, «il n’a jamais été question pour le Comité de former un gouvernement », a-t-il dit, dimanche soir au Nouvelliste en confirmant sa démission.

« Lors de notre rencontre avec le président de la République, ce qui a été dit (travailler sur la formation d’un nouveau gouvernement) dans le communiqué du palais national n’avait pas été abordé. Le communiqué est publié dans notre dos… », a dénoncé Charles Suffrard joint au téléphone dimanche soir par Le Nouvelliste.

« Nous n’avons pas la mission de former un gouvernement. Il revient au président et au Parlement de former le gouvernement », a affirmé le leader de Koze Pèp.

Suffrard a souligné pour Le Nouvelliste que le Comité n’avait même pas à faire le dialogue proprement dit. « Nous sommes des facilitateurs », a-t-il dit.

Selon Charles Suffrard, le Comité de facilitation du dialogue allait d’abord mettre autour d’une même table les institutions publiques comme le Parlement, le pouvoir judiciaire, la présidence, la primature.

« Dans ces négociations, tout devrait être sur la table », a-t-il dit, incluant même le mandat du président de la République.

« Le Comité n’est même pas encore installé, le secrétaire général du palais national a mis le résultat du dialogue dans le communiqué. Ce n’est pas possible », a-t-il critiqué pour justifier sa démission.

Dans ce, désormais fameux, communiqué, le secrétariat général de la présidence a informé le public en général et la presse en particulier que, « suite à son dernier message à la Nation invitant les filles et les fils d’Haïti à dialoguer pour trouver des solutions durables aux problèmes qui minent le peuple, le Président de la République. Son Excellence Monsieur Jovenel Moïse, a procédé à la formation du « Comité de Facilitation du Dialogue National Inter-haïtien », par arrêté en date du 21 février courant. »

Ce comité, a poursuivi le communiqué, « sera installé le lundi 25 février et se mettra au travail rapidement pour que, dans un délai n’excédant pas quinze jours, il puisse enclencher, dans le respect de la Constitution, un dialogue politique, franc et sincère devant conduire à la mise en place d’un gouvernement inclusif capable de répondre aux aspirations de la population. Il devra également étendre son travail en vue de l’instauration d’un dialogue constructif avec la participation active des personnalités politiques, économiques et sociales et des organisations de la société civile. »

Le comité de facilitation du dialogue interhaïtien était, à la base, formé de sept personnalités, inconnues du grand public, pour la plupart. Il s’agit de Kettely Julien, Charles Suffrard, Marie-Carmel Mentor, Carlo Joseph, Dorothie Sénatus, Marie Michèle Sylvie Rameau et Rudolf Dérose.

Si Charles Suffrard a démissionné, Carlo Joseph qui était connu comme un Petrochallenger est très critiqué par ses anciens amis de la lutte pour faire la lumière sur la gestion des fonds PetroCaribe. Ils ne lui reconnaissent aucune légitimité pour les représenter au sein du Comité présidentiel de facilitation du dialogue national.

commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :